Pour une résilience numérique

article 

Pour une résilience numérique
Yann Leroux
25 décembre 2018


La recherche sur les jeunes et le numérique dresse un paysage très contrasté. Une grande partie de l’effort de la recherche est consacré à décrire les risques que les jeunes peuvent rencontrer sur le réseau.  Quelques rares recherches s’attachent aux opportunités apportées par le réseau tandis que les recherches sur les bienfaits effets sont plus rares encore.

Cette focalisation sur les démon numériques plutôt que sur les merveilles a pour principal inconvénient d’orienter les pratiques éducatives vers la surveillance et la restriction. Alertés par l’image que la presse donne de la recherche, les parents ont tendance a chercher a limiter les accès a l’internet de leurs enfants. Ils vont chercher des solutions du côté de navigateurs “pour enfants” ou des pare-feu parents

Ces solutions apportent a leur tour leur lot de problèmes. Tout d’abord, les lieux fermés présentent une fausse vision de l’Internet ce qui peut gêner le développement des compétences nécessaire pour utiliser valablement le réseau. Ensuite, cette solution ne protège pas les enfants des autres enfants. Nintendo a rencontré ce problème avec la Wii U qui permet d’envoyer des dessins dans les jeux vidéo et dans le Miiverse.tstream Vidéo. Enfin, les Grandes Murailles censées protéger les enfants ne sont pas efficaces à 100% Par exemple, le jeu Habbo Hotel designé spécifiquement pour les enfants a été à plusieurs reprise la cible de raids partant de 4chan.  

Le fait qu’Internet soit accessible à partir des consoles portables et des smartphones complique encore davantage stratégies éducatives basées sur la restriction.

Tous ces éléments font qu’il est souhaitable de trouver des solutions éducatives qui aident les enfants à débrouiller sur le réseau Internet. Plutôt que de restreindre leurs accès et de limiter leur temps de connexion,

En d’autres termes, il faut développer la résilience numérique des enfants. La résilience est définie comme la capacité d’une personne a faire face à des difficultés en gardant le sentiment qu’il est un acteur efficace des changements. En utilisant des questionnaires qui évaluent les attitudes parentales (médiation active vs co-usage, restriction générale, sur les contenus ou les lieux) et l’engagement en ligne des adolescents, Przybylski montre que les enfants qui ont le plus haut niveaux de résilience sont aussi ceux qui ont le plus de chance de bénéficier des applications numériques.

A partir des travaux de Przybylski il est possible de décrire un cercle vertueux dans lequel la résilience permet aux enfant d’aller vers les contenus les plus avantageux pour leur développement, d’éviter les contenus problématiques et de développer des compétences numériques qui vont à leur tour augmenter leur résilience.

Comment développer cette résilience ? Przybylski donne des indications précieuses. Il montre que le climat parental est un élément clé. Cela signifie qu’un enfant développement une résilience numérique  lorsque ses parents sont disponibles à ses besoins, qu’ils répondent a ses questions et qu’ils s’intéressent a ses activités numériques. Il est aussi important que les parents respectent le point de vue de l’enfant. Un enfant qui voit ses idées constamment critiquées par ses parents ne vit pas la situation comme soutenante mais comme une invalidation de ses goûts voire de sa personne. Le maintien inconditionnel de la qualité du lien est aussi un facteur important. Quelque soit l’activité numérique ou les problèmes qu’elle peut poser, l’enfant doit garder la certitude que ses parents lui gardant son affection. Enfin, l’enfant a besoin de faire ses propres expériences. Les quelques quelques ratés et débordement que la liberté donne a l’enfant sont largement compensés par le sentiment d’autonomie que l’enfant construit à cette occasion

La construction d’une résilience numérique est un enjeu important car aucun parent ne peut garantir à son enfant un environnement dans lequel il rencontrera aucun problème. Par ailleurs, les enfants les plus résilient sont ceux qui utilisent le réseau de la manière la plus adaptée à leurs besoin. Ce sont aussi ceux qui sont le plus à même de traiter efficacement les problèmes qu’ils peuvent rencontrer sur le réseau.

Au final, les attitudes éducatives basées sur la surveillance et la restriction ne peuvent pas être les seules réponses. Il est important de développer la résilience des enfants en soutenant leurs capacités d’adaptation, en développant leurs compétences techniques et leurs savoirs-être en ligne et en développant des programmes sur les bonnes pratiques numériques

SOURCE

Przybylski, A., Mishkin, A., Shotbolt, V., & Linington, S. (2014). A shared responsibility building children’s online resilience. An Independent Research Paper Commissioned and Supported by Virgin Media and the Parent Zone.

1 Commentaire

  1. Fangt

    Oui interessentiellement, mais alors quelles sont les programmes sur les bonnes pratiques numériques ? Pour les enfants, préados et ados ? Merci !!

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.