[Mode d’emploi] Les enfants, les adolescents, les média sociaux et les parents

article 

[Mode d’emploi] Les enfants, les adolescents, les média sociaux et les parents
Yann Leroux
4 septembre 2019

U

Les adolescents utilisent régulièrement les réseaux sociaux et les messageries pour communiquer avec leurs proches. Cette numérisation de vie sociale, émotionnelle et cognitive des adolescent suscite du stress et parfois des inquiétudes de la part de leurs parents. La solution est, comme souvent, avant tout une question d’éducation qui passe par une identification claire des aspects positifs et négatifs de la vie numérique et par un accompagnement des enfants dès leur plus jeune âge.

Les BONNES NOUVELLES

Les réseaux sociaux permettent aux enfants de nourrir leurs relations sociales. Contrairement à une idée reçue, peu font la course aux amis ou se servent des réseaux sociaux pour discuter avec de parfaits inconnus.

Les réseaux sociaux sont profondément intégrés a la vie sociale des adolescents. D’une façon générale, les réseaux sociaux et les applications de messagerie permettent aux adolescents :

  1. d’être connectés avec leurs amis et leur famille
  2. de s’informer
  3. de rencontrer des personnes qui partagent les même intérêts
  4. de faire leur travail scolaire

Les MOINS BONNES NOUVELLES

Au delà de leur intérêt réel, les réseaux sociaux sont aussi un cause de stress et de problèmes pour les adolescents. Les réseaux sociaux, et les applications de messagerie ont été associées à des ruptures dans la vie privée des enfants, le harcèlement et des agressions sexuelles

Certaines enquêtes montrent que la plupart des adolescents postent des images d’eux-même sur Internet, utilisent leur vrai nom, donnent le nom de leur établissement scolaire et donnent leur numéro de téléphone ou leur date de naissance  aux applications. Beaucoup ont rencontré sur Internet des contenus qui les ont choqué ou mis à l’a l’aise ou été confrontés à une publicité qui ne les concernait pas

Le harcèlement en ligne – c’est à dire l’utilisation massive d’application de communication pour agresser une personne ou un groupe de personne – est très dommageable.  Il peut prendre la forme d’attaques écrites (textes et image ou), verbales. il peut également s’agir de mises à l’écart (exclusion de groupes) ou de vols d’identité. Le harcèlement en ligne a été associé à une diminution de l’estime de soi, à la dépression et à des conduites suicidaires. 

Les interactions en ligne peuvent aussi prendre une connotation sexuelle.  Il est évalué qu’un collégien sur 2 a déjà vu des images pornographiques en ligne et que le chiffre monte à 9  adolescent sur 10 a la fin du lycée. L’internet est aussi l’occasion de sollicitations sexuelles directes de la part d’autres adolescents ou d’adultes. 


Ce QUE les PARENT PEUVENT FAIRE

Il est important que les parents puissent être informés des problèmes que leurs enfants peuvent rencontrer en ligne. Pour ce faire, il faut que la vie numérique des enfants soit un objet de conversation banal. Les parents s’intéressent a ce qui se passe sur les terrains de sport et les centres de loisirs, pourquoi ne s’intéresserait-ils pas de ce qui se passe sur les terrains de jeu numériques ?

  • Passez du temps avec vos enfants. Les enfants grandissent mieux avec leurs parents.
  • Diversifiez les activités. Si vous jugez que les enfants passent trop de temps sur les réseaux sociaux ou les jeux vidéo, proposez leur autre chose
  • Donnez l’exemple. Les enfants imitent les parents.
  • Poussez vers les enfants des contenus appropriés. 
  • Discutez des contenus en ligne. Vous avez vu une vidéo intéressante ou amusante sur Internet  ? Discutez en avec vos enfants. Demandez leur de partager avec vous les contenus qu’ils ont trouvé intéressants. 

Ce QUE les ENFANTS DOIVENT FAIRE

Réfléchir avant de poster. La facilité avec laquelle il est possible de poster du contenu fait parfois oublier cette règle simple : ce nouveau message est il vraiment utile ?

Penser à sa grand-mère. Ne rien dire/faire en ligne qui ferait rougir sa grand-mère est une règle qui protège de bien des désagrément

Les étrangers sont des étrangers. Ne pas partager avec des étrangers c’est à dire des partenaire de jeu ou des personnes rencontrées sur un réseau social ou une messagerie des éléments personnel (Âge, sexe, adresse, nom)

Évaluer ce qui est affiché. Tout ce qui est publié en ligne doit faire l’objet d’une évaluation critique : qui le dit ? pourquoi ? quel effet est recherché ? quelles sont les preuves qui sont apportées ?

Les RECOMMANDATIONS pour les  PARENTS d’ENFANTS de MOINS de 3 ANS

Il existe encore peu de recherches sur les très jeunes enfants et les média parce que le phénomène est encore relativement nouveau. Pourtant, les éléments publiés et ce que les psychologues savent du développement de l’enfant plaident en faveur d’un embargo (Tisseron, 2013). Quelques recherches montrent qu’après 18 mois, quelques applications peuvent être une médiation utile entre l’enfant et le parent. Il reste pas moins qu’entre 0 et trois, le parent reste largement le meilleur écran. Dans tous les cas, a cet âge, un enfant seul devant un écran est un enfant qui perd son temps ou qui perd des opportunités de développement.

  • Jouez avec l’enfant. Un enfant qui joue est un enfant qui apprend,
  • Privilégiez les activités sans écrans
  • Lorsque vous êtes avec votre enfant, laissez votre téléphone ou votre tablette
  • Lorsque vous utilisez un téléphone ou un tablette, privilégiez les sessions courtes et commentez abondement ce que vous faites.

Les RECOMMANDATIONS pour les PARENTS d’ENFANTS de 3 à 6 ANS

Entre trois et six ans, l’enfant s’approprie le monde par des jeux symboliques et psychodramatique. Cette période est la saison haute des jeux en faire semblant ou l’enfant explore par les gestes et l’imagination quantité de situations. Il se déplace sur la flèche du temps en imaginant ce qu’il fera quand il sera grand. Il peut aussi revisiter le passé en reprenant des expériences qui ont été source d’anxiété ou de plaisir. Ces jeux sont essentiels au développement de l’enfant. Le service qu’ils rendent ne peut en aucun cas être remplacé par un jeu vidéo ou une application éducative.

Il reste pas moins que dans un monde numérisé, les enfants jouent avec des objets numériques tout comme les enfants des sociétés précédentes jouent avec les objets qui évoquent l’activité de leurs parents. Ici, l’embargo total sur les objets numériques est contre productif.  Mais les parents doivent garder en tête que les applications numériques ne sont intéressantes du point de vue du développement de l’enfant que si les pratiques numériques sont accompagnées

  • Jouez avec l’enfant. Passez du temps avec l’enfant pour jouer avec lui. Pas d’enfant seul avec un écran. 
  • Choisissez les applications. Les applications doivent être choisies avec le même soin que les livres ou les films
  • Apprenez à l’enfant à structurer son temps. Gardez du temps pour jouer avec des écrans et du temps pour jouer avec autre chose. 

Les RECOMMANDATIONS pour les  PARENTS d’ENFANTS DE 6 à 12 ANS

Entre 6 et t 12 ans, l’enfant entre dans une période où il s’approprie les codes sociaux de son groupe social. Sur le plan cognitif, il comprend le monde avec plus de complexité. Affectivement, il apprend peu à peu à se décentrer. C’est une longue période pendant laquelle les écrans deviennent de plus en plus utiles pour les apprentissages, la vie sociale et les loisirs. 

Durant cette période, le rôle des parents devient encore plus important. La décision de limiter ou pas l’accès aux applications numérique leur revient car rien dans la recherche ne permet de donner des indications précises. La meilleure façon de faire est sans doute de se centrer sur l’enfant en gardant en tête que tout excès peut être le signe d’une difficulté développementale mais que toutes les difficulté développementale ne se traduit pas nécessairement par des excès. Concrètement, cela signifie qu’un enfant de 10 ans qui passe tous ses temps libre sur Minecraft peut être dans un moment compliqué de son développement mais il peut aussi profiter de ces moments pour s’exprimer et être créatif.  Pour tous les enfants, les activités numériques ne doivent jamais se faire au détriment du sommeil, de l’alimentation, des interactions sociales ou du travail scolaire.

  • Connaissez les jeux et applications utilisées par votre enfant. Un bon moteur de recherche est votre ami
  • Discutez avec votre enfant de ses jeux et de ses applications préférées. Pourquoi ce jeu est intéressant ? Que doit-il faire ? Comment peut-il faire mieux ? Comment peut-il s’organiser pour jouer et faire toutes les autres choses qu’il doit faire. Soutenez sa créativité. Invitez le à dessiner ses jeux vidéo préférés. S’il n’aime pas le dessin peut-être peut-il faire une vidéo ?
  • Jouez avec votre enfant. Vous aurez l’occasion de passer un bon moment avec lui. Vous découvrez aussi les difficultés émotionnelles et cognitive  qu’il rencontre. Certains enfants se fâchent lorsqu’ils perdent. D’autres ne comprennent pas complètement ce que le jeu attend de lui. Identifiez ces difficultés et aidez vous enfant
  • Apprenez à votre enfant à créer des comptes en ligne et à les utiliser en toute sécurité
  • Donnez à votre enfant les règles de sécurité à respecter lorsque l’on est en ligne. Ne pas parler à des étranger, ne pas partager des informations personnelles, rapporter aux parent tout ce qui est inhabituel
  • Tracez une frontière inviolable entre vos activités en ligne et vos enfants. 

Les RECOMMANDATIONS POUR les  PARENTS d’ADOLESCENTS 

L’adolescence est un moment particulier pendant lequel la personne construit son identité adulte avec la nouvelle donne apportée par la puberté. Cette construction de soi l’amène à privilégier les interactions avec d’autres personnes que les membres de sa famille et à  entrer dans une vie relationnelle qui comprend l’expression amoureuse et sexuelle. Les réseaux sociaux sont des espaces dans lesquels cette relationnelle, amicale, amoureuse et sexuelle trouve à s’exprimer.

  • Soyez respectueux. Ne jugez pas les comportements de votre adolescent si vous voulez l’aider à comprendre ses pratiques numériques. N’espionnez pas votre enfant. 
  • Discutez des activités en ligne. Qu’apprend t on avec cette vidéo ? Pourquoi est elle partagée ? Quels effets l’adolescent attend ? S’agit-il d’acteurs ?
  • Donnez la même chose avec autre chose  . Votre adolescent est fou de Call of Duty ? Donnez lui à lire des livres sur la seconde Guerre Mondiale. Regardez avec lui Il faut Sauver le soldat Ryan. 
  • Discutez des jeux vidéo. Pourquoi ce jeu est intéressant ? Quelles sont ses mécaniques ? Comment les personnages masculins/féminins sont représentés ? Le PEGI est il juste ?
  • Faites des liens entre les situations apportées par les jeux vidéo ou les réseaux sociaux avec l’histoire de la famille ou du monde. Ou étaient les grands-parents de l’enfant pendant la seconde guerre mondiale ? Comment a-t-elle affecté les personnes dans la famille ? Qu’est ce qui a plongé le monde dans la seconde guerre mondiale ? Focalisez vous sur les émotions des personnages. Avez vous eu le sentiment d’être trahi comme dans la mission Commentez le sentiment que l’on ressent lorsque les armes nucléaires sont utilisées dans Call of Duty 4 ! 



0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.