Les enfants de 0 à 2 ans et les écrans. Les questions à (se) poser

article 

Les enfants de 0 à 2 ans et les écrans. Les questions à (se) poser
Yann Leroux
5 mars 2018

A deux ans, le principal challenge développemental de l’enfant est de passer d’une maîtrise sur les choses à une maîtrise sur soi même. Ce passage est facilité fait par des jeux avec des objets et des interactions avec des personnes qui se produisent dans un climat de sécurité et de chaleur. Pendant cette période, les jouets de l’enfant changent qualitativement. Les premières possessions de l’enfant ont pour fonction d’éveiller sa  sensorialité et sa motricité tandis que ceux de la seconde année sont orientés vers les jeux symboliques et les jeux d’exercice.  C’est aussi le moment ou l’enfant apprécie l’expérience apportée par le livre qui lui apporte des situations qui lui permettent de se penser autrement.

Un ensemble de recherches montre que pour les tous-petits, les media rendent un service faible ou inexistant en termes d’aide au développement. Plus l’enfant est petit, plus les écrans sont inutiles. En effet, les enfants ont besoin d’un adulte qui les protège de situations pénibles, les aide à contenir leur expériences et à les transformer en émotions, en mots et en histoires partageables avec d’autres.

 Les enfants de cet âge ont aussi besoin d’intégrer leur sensori-motricité pour avoir une maîtrise suffisante de leur corps et des objets qu’ils manipulent. Dans ce contexte de développement, les écrans sont plus une gêne qu’une aide véritable. En effet, les écrans n’ont pas les qualités appropriées pour aider l’enfant à intégrer leur expérience sensorimotrice et affective. Ils ne sont pas déformables, ne peuvent pas être maltraités, perdus ou abandonnés. L’enfant ne peut pas manipuler sans pitié ces objets comme il le fait avec ses jouets ou son doudou. Cela l’empêche de prendre conscience de l’effet de ses actes et d’en être pleinement responsable ce qui est nuit à la construction de la maîtrise de soi.

Les écrans peuvent  aussi compliquer les moments clés de la journée par les distractions qu’ils apportent. Les repas, ou les moments d’endormissement deviennent alors problématique du fait de la séduction des écrans.. Comment prendre le temps de manger ou de s’endormir lorsqu’il y a des images brillantes et des sons amusants qui attirent l’attention et qui suscitent autant de plaisir ? Parfois, ce n’est pas le plaisir qui détourne l’attention de l’enfant. Parfois, l’enfant utilise un écran non pas pour le plaisir que l’appareil lui apporte mais pour éviter le déplaisir. La situation est encore plus grave car l’enfant utilise l’écran pour contenir l’anxiété qui menace de le déborder dans certaines situations.

La manière dont l’enfant utilise les écrans est riche d’enseignements. Certains enfants sont trop intéressés par les stimulations visuelles ou sonores des écrans et d’autres ne le sont pas assez.  A deux ans, un enfant est capable de désigner du doigt un objet qui l’intéresse pour le montrer à un adulte. Cette capacité met en jeu une bonne intégration sensori motrice et une attention partagée avec l’autre. Autrement dit, les réactions écrans et à leurs  stimulations permet de faire des hypothèses sur le fonctionnement neurologique et sensori-moteur de l’enfant qui devront être explorée par des investigations plus poussées. La manière dont l’enfant réagit lorsque l’écran ne  fonctionne pas est aussi une source d’information intéressante. Enfin, même un très jeune enfant à une compréhension de la manière dont les événements s’enchaînent les uns aux autres. Cette compréhension est elle présente lorsque l’enfant utilise un écran ?

Les écrans ne sont pas sont en soi néfastes pour les enfants. Comme on le voit, ils peuvent être utilisés pour le plaisir qu’ils apportent ou pour se défendre d’une anxiété qui dépasse les capacités de contenance de l’enfant. Un écran peut par ailleurs être un médiateur aussi intéressant qu’un livre pour un moment de complicité partagé. Les tablettes et les ordinateurs ouvrent sur la transmission de la mémoire familiale lorsque l’enfant parcourt un album photographique avec un parent. Enfin, il existe quelques jeux vidéo qui sont adaptés aux très jeunes enfants. Leur design  (des couleurs vives, des formes simples, quelques sons) met le jeu vidéo à la portée de leurs capacités cognitives. L’enfant fait alors l’expérience intéressante qu’il a une action sur le monde. Cependant cette expérience est soutenante si elle est accompagnée et guidée par un adulte.

Les questions suivantes aident à évaluer l’utilisation des écrans par un jeune enfant et sa famille dans le contexte de son développement. Tout investissement excessif des fonctions sensorielles ou défensives des écrans doit amener une action réparatrice de l’entourage de l’enfant.

  • Existe-t-il des hyper ou hypo réactions aux écrans ?
  • L’enfant utilise-t-il les écrans pour se réconforter ?
  • Quel est l’état émotionnel de l’enfant lorsqu’il utilise les écrans ?
  • Comment réagit l’enfant lorsque l’écran ne répond pas ?

Pour conclure, entre zéro et deux ans, l’important est d’apprécier si dans leur relation à l’enfant, les parents arrivent à se servir des écrans comme des points d’appuis de leur fonction parentale

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.