La lumière bleue des écrans ne détruit PAS la rétine

article 

La lumière bleue des écrans ne détruit PAS la rétine
Yann Leroux
8 septembre 2019

Alors que les écrans continuent a se multiplier, ils suscitent de nouvelles inquiétudes. Après avoir été accusés de susciter des troubles tels que le Trouble de l’Hyperactivité avec Déficit de l’Attention, ou  le Trouble du Spectre Autistique , ils sont accusé de provoquer des troubles oculaires aussi graves que la DMLA. Le journal Science et Avenir titre “La lumière bleue des écrans provoque l’autodestruction de la rétine”. Des fabricants  proposent des lunettes filtrantes censées protéger les utilisateurs. Heureusement, personne ne risque la destruction de sa rétine en utilisant un ordinateur ou un smartphone. Voici ce que la recherche a mis en évidence. 

  • La lumière bleue est partout

La lumière blanche est décomposable en plusieurs couleurs qui varient en fonction de leur longueur d’onde et de leur énergie. Les rayons ultraviolets sont invisibles contrairement aux aux autres couleurs du spectre lumineux. Dans le spectre du visible, la lumière bleu est celle qui a le plus haut niveau d’énergie tandis que la lumière rouge a le niveau d’énergie le plus faible. La lumière du soleil est la principale source de lumière bleue. Être à l’extérieur pendant la journée est donc un moyen d’être exposé à la lumière bleue. Les écrans d’ordinateur et les smartphone sont également une source de lumière bleue  mais en quantité plus faible que celle que l’on peut trouver à l’extérieur (Rucket et al. 2015)

  • La lumière bleue n’est pas filtrée par la rétine

Alors que l’oeil est bien adapté au blocage des rayons ultraviolets, il est bien moins compétent pour la lumière bleue. En fait, toute la lumière bleue traverse la cornée et atteint la rétine. La questions est donc savoir comment cette lumière affecte la rétine. 

  • La lumière bleue cause des changements biologiques

C’est ici qu’intervient la recherche commentée par le journal Science et Avenir. Les chercheurs ont bien mis en évidence que la lumière bleue cause des changements dans la rétine qui évoquent la dégénérescence maculaire. Mais les cellules testées par les chercheurs ne sont pas issues de l’étude. Par ailleurs ces cellules n’ont pas été exposées à la lumière dont les cellules de l’oeil sont exposée à la lumière. Enfin, la partie des cellules qui a été affectée par la rétine dans les expérience ne touche pas la rétine dans les yeux des êtres vivants. On est donc très loin d’une destruction de la rétine par la lumière des écrans. 

  • L’exposition à la lumière bleue est utile

La lumière bleue est essentielle à la bonne santé. Elle a été associé à des éléments positifs dans les domaines cognitifs et affectifs. Les performances en mémoire sont meilleures avec de la lumière bleue et elle est utilisée dans la thérapie lumineuse pour traiter la dépression saisonnière. Elle intervient également dans la régulation du cycle circadien. Dans certaines conditions elles peut même augmenter la qualité du sommeil (Ayaki et al, 2013; Scheuermaier et al., 2018)

  • La lumière bleue affecte le rythme circadien 

La lumière bleue peut aussi avoir des effets négatifs sur le sommeil. La recherche a mise en évidence que la lumière des bleue émise par les écrans ralenti la libération de la mélatonine qui est impliquée le sommeil (Münch et al. 2016) Cependant, cet effet est faible puique l’on parle de quelques minutes de retard à l’endormissement. Porter des lunettes filtrantes n’est pas nécessairement une solution car la quantité de lumière bleue reçue sur la rétine n’est pas le seul facteur pris à prendre en compte. Le niveau d’éveil de la personne et le contenu des images est aussi à prendre en compte. Il est par exemple évident qu’un  programme plein de suspense maintient plus facilement éveillé qu’un programme d’ASMR. Ainsi, il n’est pas possible d’expliquer les modifications de l’endormissement ou du sommeil uniquement par la lumière bleue des écrans

Nous ne disposons pas de preuve directe que la lumière émise par les écrans suscite des dommages chez l’homme. L’Académie Américaine d’Ophtalmologie rappelle qu’aucun élément ne laisse penser que la lumière des écrans cause des dommages aux yeux. L’utilisation de lunettes filtrantes n’est pas non plus recommandée car il n’existe aucune étude qui montre que cette protection puisse avoir un effet protecteur contre les mélanomes oculaires. 

ll n’a jamais été démontré que la quantité de rayonnement provenant d’un ordinateur cause une maladie oculaire, à l’exception de la sensation de fatigue oculaire et de sécheresse des yeux causée par une diminution du clignement des yeux associée à l’utilisation d’un ordinateur.” Académie Américaine d’Ophtalmologie

Pour l’Académie Américaine d’Ophtalmologie, dans l’état actuel des connaissances, prendre des mesures de prévention contre la lumière bleue émise par les écrans  est prématuré car il n’y a pas de preuve qu’elle soit directement la cause de problèmes et que ces mesures peuvent avoir des effets secondaires encore plus dommageables.

Vous pouvez donc continuer à regarder vos écrans dans les yeux.

REFERENCES

Ayaki, M., Muramatsu, M., Negishi, K., & Tsubota, K. (2013). Improvements in sleep quality and gait speed after cataract surgery. Rejuvenation research, 16(1), 35-42.

Scheuermaier, K., Münch, M., Ronda, J. M., & Duffy, J. F. (2018). Improved cognitive morning performance in healthy older adults following blue-enriched light exposure on the previous evening. Behavioural brain research, 348, 267-275.

Münch, M., Nowozin, C., Regente, J., Bes, F., De Zeeuw, J., Hädel, S., … & Kunz, D. (2016). Blue-enriched morning light as a countermeasure to light at the wrong time: effects on cognition, sleepiness, sleep, and circadian phase. Neuropsychobiology, 74(4), 207-218.

Zhao, Z. C., Zhou, Y., Tan, G., & Li, J. (2018). Research progress about the effect and prevention of blue light on eyes. International journal of ophthalmology, 11(12), 1999.

Ratnayake, K., Payton, J. L., Lakmal, O. H., & Karunarathne, A. (2018). Blue light excited retinal intercepts cellular signaling. Scientific reports, 8(1), 10207.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.