Jouer à GTA ne fera pas de vous une mauvaise personne

article 

Jouer à GTA ne fera pas de vous une mauvaise personne
Yann Leroux
22 septembre 2020

Depuis quelques années, la thèse selon laquelle les jeux vidéo violents seraient la cause de comportements violents est battue en brèche par de nouvelles études. La manière dont la question des jeux vidéo violents a été maltraitée par la recherche est parfaitement documenté par le livre Moral combat : Why the war on violent video games is wrong de Patrick Markey et Christopher Ferguson.

Une étude allemande menée par Simone Kühn portant sur les effets à long terme des jeux vidéo violents sur les comportements violents va également dans ce sens. Les chercheurs Allemands ont comparé des joueurs Grand Theft Auto V , des joueurs de Les Sims 3 et des personnes qui n’ont pas joué à des jeux vidéo pendant deux mois.. Les joueurs assignés à la condition “jeu vidéo” ont joué quotidiennement pendant deux mois.

Le niveau d’agressivité des participants a été évalué avant et après l’expérience. Les chercheurs ont également évalué leur niveau d’empathie, leur impulsivité, leur anxiété, leur humeur et leur contrôle exécutif, à l’aide de différents tests.

Les résultats montrent qu’il n’y a pas de différence significative dans les variables étudiées pour les différents facteurs. Autre résultat intéressant : deux mois après avoir cessé de jouer quotidiennement aux jeux vidéo, les chercheurs ne notent dans de différence dans les niveaux d’agressivité chez les participants

L’étude de Kühn et ses collègues est importante parce que les jeux vidéo violents sont souvent présentés comme problématiques et parce qu’elle est la première à évaluer les effets à long terme de ces jeux d’une manière expérimentale. Les résultats montre que jouer à GTA, Les Sims 3 ou ne pas jouer a un jeu vidéo ne fait pas de différence en concerne les niveaux d’agression, d’empathie, l’impulsivité, ou la dépression. Dit platement, cela signifie que jouer ou ne pas jouer à un jeu vidéo ne fait pas de différence sur le long terme sur l’échantillon évalué.

En conclusion, l’étude menée par Kühn et ses collègues montre de manière convaincante que l’idée selon laquelle les jeux vidéo ont un effet significatif sur les comportements violents est infondée. Autrement dit, faire des jeux vidéo la cause de comportements violents repose sur des a-priori qu’il faut absolument corriger.

Sources :

Markey, P. M., & Ferguson, C. J. (2017). Moral combat: Why the war on violent video games is wrong. BenBella Books, Inc..

Kühn, S., Kugler, D. T., Schmalen, K., Weichenberger, M., Witt, C., & Gallinat, J. (2019). Does playing violent video games cause aggression? A longitudinal intervention study. Molecular psychiatry, 24(8), 1220-1234.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.