Autour de Enseigner la psychopathologie avec Le Trône de Fer

article 

Autour de Enseigner la psychopathologie avec Le Trône de Fer
Yann Leroux
11 avril 2021

Il y a quelque semaines, j’ai été contacté pour contribuer à la rédaction d’un livre sur la célèbre série Le Trône de Fer. L’éditeur souhaitait que j’écrive un chapitre sur la psychologie des personnages à la manière de ce que j’avais écrit sur Super Héros sur le Divan. La proposition m’a enchanté. Les délais étaient très courts, mais j’ai pour (mauvaise) habitude de ne jamais refuser une occasion de travail supplémentaire. Je me suis dis que la rédaction de ce chapitre serait une agréable récréation entre la rédaction du Manuel de psychothérapie centrée sur les les jeux vidéo et la relecture de Les Pouvoirs des jeux vidéo.

Évidemment, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Le processus d’écriture a été extrêmement pénible, en partie du fait que je m’étais mis dans la tête d’atteindre la limite supérieure de 70 K signes que l’éditeur m’avait donné. J’ai rendu un manuscrit deux semaines après la date limite, ce qui est problématique mais pas dramatique dans ce projet. J’était plus préoccupé par le fait que j’avais le sentiment que le travail rendu était mal organisé.

Le principal défaut de premier texte était qu’il comportait peu d’éléments cliniques. J’ai donc repris un chapitre centré sur l’analyse de Geoffrey Baratheon. Le processus d’écriture a été bien plus facile.et le résultat, à mon sens, plus satisfaisant. Le plan de ce texte est bien plus clair que le premier texte. Une hypothèse est donnée au lecteur qui peut ainsi facilement suivre la progression du raisonnement de l’introduction à la conclusion.

Pourtant, quelque chose manquait. J’ai mis une dizaine de jours à comprendre ce qu’il fallait ajouter au texte pour qu’il soit présentable : la Discussion ! La Discussion est la partie dans laquelle l’auteur approfondit l’importance, la signification et la pertinence du cas présenté. Cela m’a amené a avancer un autre projet de livre Les écrits du psychologue. Les choses se mettaient enfin en place ! Cerise sur le gâteau, Enseigner la psychologie avec Le Trône de Fer m’a permis de retrouver deux de mes intérêts professionnel. Tout d’abord, il m’a permis de travailler sur les comportements violents et la psychopathie. Pour le psychologue, la psychopathie est intéressante parce qu’elle permet de discuter de l’intégration et du contrôle des émotions. Pour moi, le cas clinique de Geoffrey Baratheon rejoint un vieil intérêt pour les comportements violents et la psychopathie C’est cet intérêt qui m’a conduit, adolescent, à me plonger dans la lecture de Dragon Rouge et à m’inscrire en faculté de Psychologie. Le texte m’a aussi permis de travailler l’ingénierie de l’écrtiuture du psychologue. Je suis convaincu que l’écriture, de la prise de note au compte rendu, les mots adressés aux clients ou aux collègues, le compte rendu de bilan psychologique sont des actes cliniques trop souvent négligés

Au final, l’éctiure d’Enseigner la psychopathologie avec Le Trône de Fer m’a intéressé par son contenu et par son horizon. J’ai pu reprendre des thèmes de travail qu’ils m’intéressent comme la psychopathie ou la rencontre de la psychopathologie et de la pop culture. A l’horizon de ce texte se trouve la question fondamentale des écrits techniques du psychologue



0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.